Par-delà économie et culture. La possibilité des scènes urbaines

Ce texte expose les principales ambitions théoriques d’une recherche financée par l’ANR : le programme SCAENA (Scènes culturelles, Ambiances et Transformations urbaines)

Mots-clefs : Scènes urbaines ; atmosphères créatives ; clusters culturels ; transformations urbaines ; encastrement.

Les activités culturelles et créatives sont au cœur des mutations profondes qui travaillent actuellement les sociétés urbaines, leurs territoires et leurs modes de développement. Elles constituent la promesse de formes efficientes de spécialisation économique génératrice d’innovations, de valeur ajoutée et d’emploi, largement encouragée par les politiques incitatives nationales, européennes et internationales. C’est ainsi que les clusters culturels sont devenus le sésame des stratégies de développement des villes créatives. Tout au long des années 1980 et 1990, ils justifient bon nombre de programmes de régénération urbaine, à tel point que ces schémas d’aménagement (généralement nommés quartier artistiques, créatifs, culturels ou des industries culturelles) acquièrent rapidement le statut « d’instrument archétypal » de la planification territoriale. Au cours des années 2000 et 2010, ces démarches de projet croisent les réflexions économiques sur les milieux créatifs, mettant en avant les enjeux de la concentration spatiale d’entreprises appartenant à une même filière. Ces clusters se présentent alors comme les moteurs territoriaux des transformations du capitalisme. Ils stimuleraient l’innovation dans les autres secteurs de l’économie par la constitution d’« atmosphères créatives spécifiques », favoriseraient l’attractivité des villes auprès notamment des start-up et des travailleurs-entrepreneurs les plus qualifiés, et seraient ainsi à l’origine de la résilience de nombreux territoires industriels mais aussi d’une déformation de leur morphologie sociale. Si les travaux des économistes et des géographes ont analysé finement les effets d’agglomération et d’urbanisation à l’origine de ces clusters, ils ont laissé de côté l’analyse des encastrements complexes entre, d’un côté, une offre créative et, de l’autre, les modes de vie, les consommations, les formes urbaines (à l’échelle du bâtiment, du quartier, de la ville) du territoire sur lequel cette offre se développe. A l’inverse, les cultural studies proposent le concept transdisciplinaire de scène afin de rendre compte de la vitalité sociale et culturelle de certains territoires sans pour autant se frotter à d’autres cadres disciplinaires au risque d’en faire un objet trop imprécis. Or les enjeux en matière de politiques publiques se font sentir : gentrification, assèchement des dynamiques créatives locales, mise en tourisme des quartiers d’artistes et fragilité des entreprises engagées dans les industries culturelles et créatives sont autant de symptômes d’une difficile appréhension de ces logiques urbaines complexes. C’est pourquoi nous proposons d’analyser la dynamique des scènes urbaines à partir d’approches disciplinaires croisées.

De la scène comme atmosphère manifeste : extatisme et espace (du) public

La sociologie et la philosophie et ont été pionnières dans la mobilisation du concept de scène. Dans la lignée de la tradition micro-sociologique goffmanienne, l’on peut considérer que les scènes sont « les lieux de l’apparaître » tant elles résultent du croisement entre des interactions sociales situées (en face-à-face) et les représentations individuelles et collectives que celles-ci génèrent. Bien évidemment, la nature, l’intensité et la répétition de ces interactions colorent les modes d’appropriation et, a fortiori, l’identité des lieux dans lesquelles elles se « mettent en scène » (Goffman, 1996). Mais la scène n’est pas qu’« interactionnelle », elle est également « extatique » – pour reprendre les termes du philosophe Gernot Böhme (2017), en ce sens où elle exprime une présence, le débordement et la propagation dans l’environnement que l’on éprouve de ces choses qui (1) affectent nos sens (Thibaud, 2015) et (2) fondent notre « expérience atmosphérique » de l’espace (Michaud, 2021). Cet extatisme peut être le fait d’un objet (un bâtiment à l’architecture marquante, du mobilier urbain original, une installation temporaire, etc.), d’une proposition artistique (un graffiti, une sculpture, un dispositif éphémère, une prestation théâtrale, etc.), d’un évènement (un marché, un concert, un festival, etc.) ou tout simplement d’une brèche dans la routine perceptive (une signalétique ou un éclairage, la langue employée par un groupe de personnes, les odeurs provenant de restaurants, etc.). De ce fait, une scène est d’autant plus remarquable que son atmosphère est manifeste (Thibaud, 2015), c’est-à-dire qu’elle est à la fois consistante (elle se démarque par la cohérence d’une logique interactionnelle et/ou d’un extatisme spécifique), prégnante (elle s’impose à l’individu tant l’emprise de sa consistance est forte) et persistante (elle se maintient dans le temps suivant une permanence qui peut être continue, périodique ou plus sporadique). Une telle perspective bouscule notre perception des rapports qui peuvent s’établir entre un espace et un public (en considérant qu’une scène n’existe que lorsqu’il y a une audience). Effectivement, suivant cette approche, ce n’est plus tant l’espace public en tant que support d’une atmosphère qu’il importe d’observer que l’espace du public qui, se condensant en un lieu distinct, engendre possiblement une scène extra-ordinaire forte d’interactions sociales multiples, variées combinées à un agencement (d’objet(s), de chose(s), de création(s), d’individu(s), etc.) au potentiel extatique puissant.

Le Tacheles à Berlin. Scène urbaine créative du Berlin fin-de-siècle
Crédits : Charles AMBROSINO Mai 2006

De ce fait, l’existence d’une scène pose en creux la question de sa temporalité et de son incarnation par la création artistique et/ou des habitants d’une ville. La scène induit une dynamique d’apparition et de disparition, avec des effets ponctuels de mise en visibilité et d’exclusion. Étudier ces phénomènes peut mettre à jour des tensions entre animation urbaine et processus de patrimonialisation. Lorsque la ville se transpose en scène, examiner des expériences scéniques singulières renseigne alors plus largement sur l’organisation des rapports entre acteurs (artistes, créateurs), spectateurs (habitant usager) et médiateurs (opérateurs culturels et urbains) et questionne l’action publique dans la façon d’intégrer les habitants, d’inclure l’artiste et de construire l’identité d’une ville.

Scène vécue, scène construite et scène perçue

Ainsi que nous le rappelle Joel Silver et al. (2011), les modes de consommation culturelle ont un rôle fondamental à jouer dans ce processus car ils participent pleinement à l’expérience sensible que tout un chacun fait de la ville. C’est d’ailleurs le point de départ des travaux menés ces dernières années par les tenants de la Nouvelle École de Chicago sur la dimension expérientielle des scènes urbaines (Silver, Clark, 2016). Leur objectif est de capturer « la texture » sociale, éthique et culturelle des environnements urbains qu’elle soit prescrite par un rapport sensible au paysage, l’effervescence d’une offre d’aménités contiguës spatialement (culturelle certes mais également artistique), l’expressivité des individus (à savoir les manifestations dans l’espace public des expressions du soi et des modes de consommation culturelle) voire leur engagement au sein d’activités de sociabilité de natures diverses (se rencontrer dans un café, cultiver un jardin partagé, participer à des animations récréatives). Cette approche de la scène par les modes de consommation, d’engagement et de participation des publics, usagers et habitants à la vie culturelle de la cité, marque très clairement une rupture avec les approches dominantes des théories de la ville créative centrées sur la production culturelle et créative (Ambrosino et Sagot-Duvauroux, 2018). Elles rencontrent aujourd’hui les travaux initiés sur les scènes musicales dans le champ des cultural studies (Straw, 2004, 2015 ; Guibert et Bellavance, 2014) pour rendre compte de la vitalité sociale et culturelle de certains territoires.

Dès lors, appréhender les scènes oblige à opérer une distinction entre scène vécue, scène construite et scène perçue (Guibert, 2012). Il y a d’abord les scènes telles qu’elles sont vécues par les acteurs et les publics. Les analyser nécessite de les décrire, de les situer et d’observer leur organisation. Il y a ensuite les scènes construites, labellisées telles des marques par les acteurs et notamment par les politiques publiques. Enfin il y a les scènes telles qu’elles sont perçues par les autres acteurs du territoire, notamment les habitants, mais aussi par des observateurs extérieurs (les médias, les réseaux sociaux notamment). Ces trois scènes ne coïncident pas nécessairement. Ainsi une activité artistique intense peut exister sur un territoire, sans être visible, labellisée à l’extérieur de ses propres réseaux. Et de la même manière, des territoires peuvent être labellisés scènes et perçus comme tels alors que l’activité artistique et créative y est déclinante.

Scènes ouvertes, scènes restreintes

Dans un effort de synthèse, Will Straw (2015) proposera deux acceptions du concept de scène, l’une restreinte, l’autre ouverte :

  • dans le modèle restreint, une scène est composée des gens, des pratiques, des objets qui entourent un domaine particulier (un style de musique ou un genre de littérature par exemple).
  • dans le modèle ouvert, une scène est l’expression d’une atmosphère urbaine (social urbanity). Les travaux s’attèlent à décrire et qualifier « l’excès expérientiel et le dynamisme de la vie urbaine » (Straw, 2015). Il s’agit dès lors d’appréhender les logiques spatiales de « l’activité scénique », c’est à dire les modalités de mise en visibilité de certains des aspects les plus notoires de l’énergie sociale et culturelle d’une ville. L’accent est davantage porté sur la consommation et le partage de mêmes valeurs au sein d’une scène (Silver et al., 2011).

Dans les deux cas, la scène met en lumière la transpiration sociale d’aménités, le plus souvent culturelles, sur d’autres dimensions du territoire, notamment les modes de vie qui y sont associés. En réunissant ces deux approches, la scène évoque d’une part l’organisation territorialisée d’une activité artistique qui produit des formes d’innovation spécifiques, notamment de nouveaux styles ou genres et d’autre part une atmosphère particulière liée à l’encastrement des activités culturelles dans un territoire et au partage de mêmes valeurs entre les différents acteurs de ce territoire. Une scène se définit donc comme un écosystème incluant les acteurs, les lieux, les réseaux, les valeurs et les coutumes, les protocoles et procédures d’un domaine (ex : scène musicale), écosystème qui est à la fois le produit d’un territoire et une composante de son identité. Son existence impacte les autres dimensions du territoire comme l’ambiance urbaine, les aménités immobilières, le lien social, les valeurs partagées, etc

Les scènes urbaines ou l’art de rendre visible l’invisible

La notion de scène renvoie enfin à l’idée que le passage de l’invisible (des mécanismes interactionnels présidant à la créativité individuelle et/ou collective) au visible (leur potentiel extatique) est jalonné d’étapes, de moments, d’espaces, de rencontres qui, considérés ensembles, font territoire. Aussi, une scène résulte-t-elle du croisement entre des activités artistiques ancrées territorialement et les attributs d’un lieu pour produire des ambiances spécifiques, des atmosphères qui modifient les conditions de vie des habitants et les conditions de travail des professionnels (Ambrosino, Sagot-Duvauroux, 2018). 

Les conditions d’émergence, de développement et parfois de dissolution des scènes restent aujourd’hui peu étudiées par la littérature économique, géographique ou urbanistique, et cela en dépit d’une propension réelle des politiques urbaines à mettre en tourisme les territoires ayant abrité des scènes culturelles et artistiques. Démarche d’autant plus discutable que plane le risque d’une sanctuarisation (patrimonialisation ?) voire d’une stérilisation de dynamiques sociales et territoriales éminemment vaporeuses mais porteuses d’innovations. Outre la rente touristique, en quoi la présence d’activités artistiques génère une ambiance particulière qui à son tour peut nourrir l’underground, attirer de nouvelles entreprises, amplifier la dynamique d’innovation ? Comment les phénomènes de gentrification engendrés par une scène ou encore l’institutionnalisation d’une scène peuvent aboutir à sa mort ou à l’apparition de formes de résistances, le développement d’un Off ? Comment également le croisement de plusieurs activités artistiques sur un territoire scène peut faire naitre de nouvelles communautés, des méta-scènes ?

Bibliographie

AMBROSINO, Charles, GUILLON, Vincent, 2018. L’organisation sociale de la créativité métropolitaine. Du milieu des arts numériques à la scène du faire. Géographie, Économie, Société, vol. 20, n°1, pp. 63-88.

AMBROSINO, Charles, SAGOT-DUVAUROUX, Dominique, 2018. Scènes urbaines : Vitalité culturelle et encastrement territorial de la création artistique. In : PECQUEUR, Bernard, TALANDIER, Magali (eds.) Renouveler la géographie économique, Paris : Anthropos Economica, pp. 105-120.

BÖHME, Gernot, 2017. The Aesthetics of Atmospheres. London, New-York : Routledge. 218 p.

GOFFMAN, Erving, 1996. La mise en scène de la vie quotidienne. 1, La présentation de soi, Paris : Editions de Minuit, 256 p.

GUIBERT, Gérôme, 2012. La notion de scène locale. Pour une approche renouvelée de l’analyse des courants musicaux. In DORIN, Stéphane (ed.), Sound Factory : musique et logiques de l’industrialisation, Bordeaux : Éd. Mélanie Seteun, pp. 93-124.

GUIBERT, Gérôme, BELLAVANCE, Guy (eds.), 2014. La notion de scène entre sociologie de la culture et sociologie urbaine : genèse, actualités et perspectives. Cahiers de recherche sociologique, n°57.

MICHAUD, Yves, 2021. L’art c’est bien fini. Essai sur l’hyper-esthétique et les atmosphères, Paris : Gallimard, 336 p.

SILVER, Daniel, CARK, Terry-Nichols, 2016. Scenescapes: How Qualities of Place Shape Social Life, Chicago: University of Chicago Press, 432 p.

SILVER, Daniel, CARK, Terry-Nichols, GRAZIUL, Chris, 2011. Scenes, innovation and urban Development, in ANDERSSON, David-Emmanuel., Andersson, Åke E., MELLANDER, Charlotta (eds.) Handbook of creative cities, Cheltenham: Edward Elgar Publishing, pp. 229-258.

STRAW, Will, 2004, Cultural Scenes. Loisir et société/Society and Leisure, vol. 27, n°2, pp. 411-422.

STRAW, Will, 2014, Deux sortes de scènes. Cahiers de recherche sociologique, n°57, pp. 17-32.

THIBAUD, Jean-Paul, 2015. En quête d’ambiances : éprouver la ville en passant, Genève, MétisPresses, 328 p.



Citer ce billet
francoisefrancoz (2023, 10 janvier). Par-delà économie et culture. La possibilité des scènes urbaines. ANR SCAENA. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/twgw

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search