Appel à communications pour les rencontres “Beyond Creative Cities II”

Au-delà des villes créatives : Dynamiques culturelles, scènes et fabrique urbaine

22 et 23 juin 2023, Angers

Les premières rencontres Beyond Creative Cities (BCC) ont été l’occasion en 2021 d’analyser les formes, les vertus et les limites des fabriques urbaines fondées sur le concept de la ville créative, véhicule privilégié du modèle métropolitain. Qu’en avons-nous retenu ? L’attention portée aux questions d’attractivité, d’image de marque et de regroupement d’activités créatives a dans une certaine mesure éclipsé la complexité des liens entre la capacité créative des individus, le développement urbain et la production des innovations. Elle a par ailleurs minimisé l’enjeu de ces transformations face aux “grandes transitions” aujourd’hui à l’œuvre.

C’est pourquoi, les deuxième rencontres BCC proposent de se recentrer sur la complexité des encastrements qui s’opèrent entre les activités créatives et culturelles, et les dynamiques territoriales. Elles interrogent également le rôle que peuvent avoir ces activités dans la transformation du modèle de la ville créative vers une fabrique urbaine en résonance avec les enjeux écologiques, sociaux et économiques que soulèvent la remise en question des processus de métropolisation. Ces rencontres seront également l’occasion de tester la pertinence du concept de “scène” pour analyser et mieux saisir les interactions qui s’établissent entre présence artistique et transformation urbaine à partir des travaux réalisés dans le cadre du programme de recherche SCAENA financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR, France).

Quatre orientations pourront être explorées par les communications soumises :

Au-delà des effets d’agglomération, les “effets de débordements” ?

Toute activité située influence son territoire et est influencée par lui. Ceci est particulièrement vrai pour les activités culturelles et artistiques dont les effets de débordement sont singuliers. L’on doit notamment à la géographie économique d’avoir éclairer les rapports complexes qui s’établissent entre l’ancrage des activités et la capacité d’innovation d’un territoire donné. Suivant cette perspective, le territoire s’apparente souvent à une simple plateforme, dotée d’aménités spécifiques qui la rende plus ou moins innovante, attractive ou résiliente, produisant ainsi une lecture réductrice des écosystèmes territoriaux. Cette simplification, pour efficace qu’elle soit, se révèle particulièrement problématique lorsque l’on s’intéresse plus spécifiquement aux activités culturelles et artistiques. Si les figures désormais classiques du district culturel, du cluster créatif ou encore du quartier artistique ont pu incarner telles ou telles politiques culturelle, industrielle ou d’aménagement urbain, épuisent-elles l’analyse des multiples encastrements qui articulent une offre culturelle et artistique située et les territoires au sein desquels elle se développe ? Au-delà des seuls effets d’agglomération, l’empreinte sociale,la vitalité culturelle, les ambiances urbaines, ne constituent-elles pas autant de “débordements” symptomatiques et pourtant peu explorés des croisements entre dynamiques urbaines et culturelles ?

Au-delà de la performance, la “fabrique sensible de la ville”?

Ces trente dernières années, la métropolisation des territoires urbanisés s’est accompagnée d’une quête de performance territoriale – attestée par des labels, des politiques de croissance, des classements multiples que la littérature académique a largement pu relayer (débats sur l’attraction des classes créatives et l’attractivité des villes, touristification et événementialisation des espaces urbains, néolibéralisation des politiques urbaines, etc.) – au risque d’oublier la dimension sensible de la fabrique urbaine. Ces dynamiques d’accélération éclipsent autant qu’elles étouffent les fortes résonances pourtant à l’œuvre entre les activités culturelles et créatives, les artistes et ceux qui habitent les territoires. Quels rôles jouent les activités de création dans l’expérience sensible des espaces urbains ? A l’inverse, comment la vie sociale d’un quartier, sa configuration urbaine et son atmosphère affectent les modes de production et de consommation artistiques et plus globalement les processus créatifs ?

Au-delà du storytelling, “l’authenticité urbaine” ?

A bien des égards, la fabrique de la ville créative s’est accompagnée d’une intense activité de storytelling, émanant aussi bien des acteurs impliqués dans des communautés artistiques locales que des pouvoirs publics, en vue de favoriser tant l’adhésion de la population que celle des acteurs du projet urbain. Parallèlement, il s’agissait également de produire un récit de ville, un discours médiatique attractif pour l’extérieur – pour les touristes, les classes créatives, les entreprises et autres médias – au risque parfois de ne véhiculer que des représentations stéréotypées des territoires. Au-delà de leurs portées narratives, en quoi ces fictions s’écartent-elles de ce que certains nommeraient “l’authenticité” des territoires concernés ? Comment jouent-elles un rôle performatif tel que le territoire s’adapte au récit ? Comment se positionnent les communautés artistiques dans la construction de ces récits ? Comment la patrimonialisation de la présence artistique et/ou l’esthétisation de l’espace public, altère ou galvanise la tonalité des lieux ? Enfin, peut-on mettre en évidence des cycles de vie de scènes artistiques et évaluer leur impact sur la mise en récit des territoires ?


Au-delà d’un territoire-plateforme, un “territoire-scène” ?

Débordement, fabrique sensible et authenticité nous invitent à réinvestir l’idée de ville créative en développant une attention singulière au caractère idiosyncratique des relations entre des modes de production, de consommation et de narration des activités artistiques et culturelles situées et les dynamiques territoriales dans lesquelles elles s’encastrent. Comment les villes qui se sont construites sur le modèle de la ville créative peuvent évoluer pour accompagner les transitions, notamment écologiques et économiques, que les crises sanitaires, climatiques et géopolitiques ont rendues plus que jamais nécessaires. Comment transformer une ville attractive, fondée sur des investissements totémiques (flagships) en une ville désirable et hospitalière, qui multiplie les axes de résonances entre ses différentes composantes ? Quels modèles de gouvernance urbaine pour imaginer pour ces transitions ? Comment les activités culturelles et créatives peuvent accompagner la “démétropolisation” des territoires ? Le concept de scène permet-il d’embrasser d’un même mouvement ces dynamiques pour redonner toute son épaisseur au territoire dans les recherches en sciences sociales ? La question des méthodologies peut être explorée ici afin d’identifier plus précisément et de manière articulée les caractéristiques sociales, géographiques, économiques et sensibles des territoires dits créatifs.

Modalités de soumission

  • Les propositions de communication consistent en un résumé en français ou en anglais et ne doivent pas excéder 300 mots.
  • Les résumés doivent être soumis au plus tard le mardi 28 février 2023.
  • Le retour du comité scientifique sur les communications retenues se fera fin mars 2023.
  • Les communications complètes devront être retournées pour le 1er juin 2023.

Pour vous inscrire ou pour tout complément d’information, merci d’envoyer un courriel à
francoise.francoz@univ-angers.fr

Veuillez noter que le colloque se tiendra en anglais et en français, en fonction des intervenants. Des résumés des interventions sont prévus en anglais.

Comité scientifique

Charles Ambrosino (Université Grenoble Alpes), Pauline Boivineau (Université Catholique de l’Ouest), Etienne Capron (Université d’Angers), Caroline Chapain (Université de Birmingham), Laurent Devisme (ENSA Nantes), Sandrine Emin (Université d’Angers), Emmanuelle Gangloff (ENSA Nantes), Gérôme Guibert (Université Paris 3), Rainer Kazig (ENSA Grenoble), Isabelle Leroux (Université d’Angers), Basile Michel (Cergy Paris Université), Hélène Morteau (Université Grenoble Alpes), Dominique Sagot-Duvauroux (Université d’Angers), Raphaël Suire (Nantes Université), Jean-Paul Thibaud (ENSA Grenoble).

Comité d’organisation

Charles Ambrosino (Université Grenoble Alpes), Etienne Capron (Université d’Angers), Laurent Devisme (ENSA Nantes), Sandrine Emin (Université d’Angers), Gérôme Guibert (Université Paris 3), Rainer Kazig (ENSA Grenoble), Basile Michel (Cergy Paris Université), Dominique Sagot- Duvauroux (Université d’Angers), Raphaël Suire (Nantes Université), Hélène Morteau (Laboratoire PACTE Grenoble), Emmanuelle Gangloff (Laboratoire PACTE Grenoble), Damien Nouvel (Laboratoire ESPI2R Research in Real Estate, Nantes), Françoise Francoz (Université d’Angers).



Citer ce billet
francoisefrancoz (2022, 16 décembre). Appel à communications pour les rencontres “Beyond Creative Cities II” ANR SCAENA. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/twgu

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search