«Pour une ville culturelle et touristique : retour sur une stratégie nantaise», de Basile Michel

Pour tourner la page de l’industrie, Nantes a fait le pari de la culture dès les années 1990. Initiée par quelques acteurs majeurs comme Jean-Marc Ayrault et Jean Blaise, cette stratégie a accéléré le changement d’image de la ville et contribué à en faire la métropole attractive qu’elle est devenue. Des Allumées au Voyage à Nantes jusqu’au projet de l’Arbre aux Hérons, la ville se distingue par la continuité et l’ampleur de sa politique mobilisant l’art et la culture comme leviers du développement touristique, et plus largement de la transformation urbaine.

L’éléphant des Machines de l’île lors de sa sortie sur l’île de Nantes, photo : Basile Michel

En 1987, la fermeture des chantiers navals de Nantes marque la fin d’une longue histoire industrielle et symbolise la situation difficile dans laquelle se trouve la ville : friches urbaines, disparition d’activités économiques, image négative, etc. C’est pour rompre avec cette image et redynamiser le territoire que l’équipe municipale élue en 1989 a placé la culture, conçue comme un axe décloisonnant des politiques urbaines, économiques et sociales, au cœur de sa stratégie et de la fabrique de la ville. Le déploiement de cette stratégie s’appuie sur un réseau restreint composé de politiques, d’aménageurs et d’acteurs culturels tels que Jean-Marc Ayrault (maire de 1989 à 2012), Laurent Théry (directeur de la SAMOA, société d’aménagement de l’île de Nantes, de 2004 à 2010), Jean Blaise (créateur des Allumées et d’Estuaire, actuellement directeur du Voyage à Nantes), Pierre Orefice et François Delaroziere (anciens membres de Royal de Luxe et coauteurs des Machines de l’île). Les premières actions apparaissent dès le tournant des années 1990 avec l’organisation du festival les Allumées et l’accueil de la compagnie Royal de Luxe, auteure notamment de la saga des Géants.

Basile Michel, « Pour une ville culturelle et touristique : retour sur une stratégie nantaise », in Madoré F. et Rivière J. (dir.). Atlas social de la métropole nantaise. Au-delà de la ville attractive. Nantes : Laboratoire Espaces et Sociétés, planche publiée le 9 juin 2020.

Lire l’article en ligne

Membre du programme SCAENA, Basile Michel est Maître de conférences en géographie à l’Université de Cergy-Pontoise.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search