«Scènes urbaines. Vitalité culturelle et encastrement territorial des activités artistiques» de Charles Ambrosino et Dominique Sagot-Duvauroux

Les clusters culturels sont devenus le sésame des stratégies de développement des villes. Ils seraient au cœur des transformations du capitalisme et représenteraient une spécialisation cohérente, génératrice de valeur ajoutée et d’emploi. Ils stimuleraient l’innovation dans les autres secteurs de l’économie par la constitution d’une « atmosphère créative » et seraient à l’origine de l’attractivité des territoires notamment pour les travailleurs les plus qualifiés. Mais, si les travaux des économistes et des géographes ont analysé finement les effets d’agglomération et d’urbanisation à l’origine de ces clusters, ils ont laissé de côté l’analyse des encastrements complexes entre, d’un côté, une offre créative et, de l’autre, les modes de vie, les consommations, les formes urbaines (à l’échelle du bâtiment, du quartier, de la ville) du territoire sur lequel cette offre se développe. Dans cet article, les auteurs proposent de formaliser ces formes spécifiques d’encastrement de la création artistique par le concept de scène. Dans une première partie, ils reviennent sur l’ancrage territorial de l’économie culturelle dont il ressort une typologie des clusters culturels opposant ceux dominés par une logique d’offre (production culturelle) et ceux d’avantage axés sur une logique de demande (consommation culturelle). Bien qu’opérante, cette distinction rend insuffisamment compte des imbrications pourtant réelles entre les pratiques de production, de consommation et d’habiter pouvant donner naissance à des ambiances urbaines susceptibles en retour de les influencer. A l’aide des travaux sur la néobohème, ils décrivent dans une deuxième partie les formes d’interaction localisées entre production et consommation culturelle qui participe à la sécrétion d’une atmosphère remarquable que le patrimoine, la morphologie urbaine ou encore la nature de l’offre commerciale ne font que renforcer. Cette réflexion les conduit, dans la troisième partie, à proposer le concept de scène pour qualifier ces territoires où se mélangent activités artistiques, configurations spécifiques des lieux, modes de vie et de consommation. Au-delà, la mobilisation du concept de scène oblige les disciplines (économie, géographie, urbanisme, sociologie) non pas à emprunter idées ou modélisation à d’autres mais à construire ensemble un « concept disciplinairement encastré ».

Charles Ambrosino, Dominique Sagot-Duvauroux, 2018. « Scènes urbaines. Vitalité culturelle et encastrement territorial des activités artistiques », in Talandier, M., Pecqueur, B., Renouveler la géographie économique, Economica, 2018.

En savoir plus sur cet article

Charles Ambrosino est maître de conférences à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine (IUGA) et chercheur à l’UMR PACTE.

Dominique Sagot-Duvauroux est professeur d’économie à l’Université d’Angers, chercheur au GRANEM et directeur de la Structure Fédérative de Recherche Confluences (Angers).

Charles Ambrosino et Dominique Sagot-Duvauroux coordonnent le projet SCAENA.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search