Appel à communication pour le workshop « Beyond Creative Cities : People, Places, Innovation »

Organisé par les programmes de recherche SCAENA (financé par l’Agence Nationale de la Recherche) et DEMEXTRA – “Démonstration, Exploration, Transformation. Les trois régimes urbains de l’innovation” (porté par le laboratoire PACTE de l’université Grenoble Alpes et financé par le PUCA – Plan Urbanisme Construction Architecture), le workshop “Beyond Creative Cities – People, Places, Innovation” s’inclut dans l’événement “Nantes, Capitale Européenne de l’Innovation”, organisé par Nantes Métropole. La ville a en effet reçu ce prix pour l’année 2019, récompensant notamment sa capacité à impliquer les citoyens dans un façonnement commun de la ville.

Initialement prévu du 8 au 10 octobre 2020, ce colloque est reporté aux 1er et 2 avril 2021 à Nantes.

[English Version]

Appel à communication

L’idée de ville créative est apparue pour la première fois à la fin des années 1980/début des années 1990, en associant trois ingrédients initiaux : cartographier les industries créatives, promouvoir une conception innovante de politiques publiques locales et favoriser une renaissance urbaine culturelle autour d’investissements publics forts dans l’art et les installations culturelles. Durant les années 2000, le buzz qui a entouré les concepts d’industries et de classes créatives a aveuglé la plupart des universitaires, hommes politiques et acteurs impliqués dans l’analyse, le récit et l’application de l’agenda de la ville créative. Si les débats autour de la ville créative ont été particulièrement centrés sur des questions d’attractivité, d’image de marque et de regroupement d’activités créatives, on a omis les postulats de départ qui étaient à l’origine de la formulation de ce qui allait devenir l’un des plus importants modèles urbains de la fin du XXe siècle : le lien entre la capacité créative des individus, la fabrique de l’espace et la production des innovations.

Trente ans plus tard, le tableau est encore flou. Comme Graeme Evans nous le rappelle  «The creative city imaginary is an evolutionary concept, reflecting post-industrial and cultural ‘turns’, resulting in a hybrid of assemblages and definitions; assemblage in terms of both sociospatial theory, notably in geography, and in the visual art practice of creative construction through ‘found objects’, where the creative city is seen to draw on a city’s cultural assets, ‘offer’ and ‘creative essence’. The latter is often manifested in creative industries and  strengths in innovation and design, and in the more experiential buzz and scene associated with contemporary attractive cities. » (Evans, 2017 : 311)

L’objectif principal de ce workshop est de relire l’idée de ville créative à la lumière des enjeux du XXIe siècle. :

1. Au-delà des classes créatives, une société coopérative basée sur l’ethos du maker ?

2. Au-delà des clusters créatifs, de nouvelles voies d’innovation ?

3. Au-delà de la ville créative, des régimes d’innovation urbaine?

Globalement, ce premier workshop interroge le futur des villes créatives. Qu’étaient-elles ? Que sont-elles devenues ?

Lire l’intégralité de l’appel à communication sur le site du workshop et y répondre
Télécharger l’appel à communication (pdf)

Comité scientifique : Charles Ambrosino (Université Grenoble Alpes), Etienne Capron (Université d’Angers), Caroline Chapain (University of Birmingham), Cécile Clergeau (Université de Nantes), Patrick Cohendet (HEC Montréal), Laurent Devisme (ENSA Nantes), Sandrine Emin (Université d’Angers), Mathias Guérineau (Université de Nantes), Gérôme Guibert, (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), François Ménard (PUCA), Hélène Morteau (Université Grenoble Alpes), Montserrat Pareja-Eastaway (University of Barcelona), Dominique Sagot-Duvauroux (Université d’Angers), William Straw (McGill University), Raphaël Suire (Université de Nantes), Jean-Paul Thibaud (ENSA Grenoble), Elsa Vivant (Université Gustave Eiffel), Sharon Zukin (Brooklyn College & City University of New York), 

Comité d’organisation

Charles Ambrosino (Université Grenoble Alpes), Etienne Capron (Université d’Angers), Laurent Devisme (ENSA Nantes), Clémence Guillemont (Université d’Angers), Hélène Morteau (Université Grenoble Alpes), Dominique Sagot-Duvauroux (Université d’Angers), Raphaël Suire (Université de Nantes).

Modalités de soumission

Les propositions de communication consistent en un résumé en français ou en anglais (mais la conférence aura lieu en anglais) et ne doivent pas excéder 3000 mots.

Les résumés doivent être soumis au plus tard le 31 mai 2020 par email à clemence.guillemont@univ-angers.fr ou via le site internet du colloque. 

Calendrier

Envoi des propositions de communication : 31 mai 2020
Avis d’acceptation : 15 juillet 2020
Conférence : 1er et 2 avril 2021

Pour tout renseignement complémentaire, s’adresser à : 

Clémence Guillemont, ingénieure d’études pour le programme SCAENA : clemence.guillemont@univ-angers.fr 

Ce workshop est financé par :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search