«La valeur vaporeuse de l’art et les nouvelles dynamiques territoriales», par Dominique Sagot-Duvauroux

Nous vivons une situation paradoxale. D’un côté, la dette et les déficits budgétaires suscitent, jour après jour, des interrogations sur le bienfondé des dépenses publiques, notamment des dépenses culturelles dont l’utilité est contestée et qui ne profiteraient qu’à quelques-uns. De l’autre, les medias vantent ces métropoles gagnantes qui ont dopé leur développement économique grâce à des stratégies culturelles originales. De Glasgow à Bilbao, de Lille à Nantes, de Manchester à Leipzig, la culture favoriserait la résilience d’anciens territoires industriels que la mondialisation a marginalisés.

Les scènes s’ouvrent sur la ville qui devient elle-même scène, terrain de jeu des artistes, des acteurs culturels ou des aménageurs. Une nouvelle fonction, la scénographie urbaine, organise les rapports entre les propositions artistiques et les populations, et construit un récit de territoire essentiel dans la compétition que les métropoles se livrent pour attirer les entreprises et la main d’œuvre qualifiée. La création artistique est présente partout à l’état gazeux comme dirait Yves Michaud, à la fois bras armé d’un nouveau capitalisme de séduction pour les uns, et vecteur de sociabilité et d’émancipation pour les autres.

Dans ce contexte, les acteurs culturels peuvent être vus comme les poissons pilotes de la nouvelle économie. Habitués à une économie de projet exigeant une forte flexibilité, rompus à l’innovation permanente, ils ont été parmi les premiers à investir les friches industrielles. Ils sont apparus non plus seulement comme un supplément d’âme d’un territoire ou comme un de ses attributs distinctifs mais aussi comme des acteurs de la fabrique de la ville contemporaine.

D’où la nécessité d’interroger la valeur réelle apportée par la création artistique et ses acteurs. Cet article analyse l’encastrement singulier des activités culturelles dans les territoires. Une première section revient brièvement sur le contexte macro-économique dans lequel s’inscrivent les stratégies de développement des territoires par la culture. Une deuxième section distingue les différentes dimensions de la valeur des activités artistiques. La troisième section analyse les formes d’encastrement spécifiques entre activités artistiques et territoires et creuse le concept de scène appliqué au territoire pour qualifier ce phénomène. Enfin, nous montrons comment Nantes a construit son image et une partie de son économie grâce à un ancrage spécifique de l’art dans l’espace public.

Etudes Théâtrales, 67/2017

SAGOT-DUVAUROUX D. (2019), «La valeur vaporeuse de l’art et les nouvelles dynamiques territoriales», in Luc Boucris et Véronique Lemaire (dir.) numéro spécial Légitimités culturelles , nouvelles scènes, nouvelles voies, Etudes Théâtrales,  67, 179-188

Revue en ligne

Coordinateur scientifique du programme SCAENA, Dominique Sagot-Duvauroux est économiste, professeur à l’université d’Angers, membre du Groupe de Recherche Angevin en Economie et en Management (EA n° 7456 GRANEM) dont il a été le directeur de 2006 à 2012, et dirige la Structure Fédérative de Recherche Confluences (Angers). Il est également directeur adjoint de la Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin (Nantes). Spécialisé sur les questions d’économie culturelle, il a publié de nombreux articles et ouvrages sur ce thème. Il réalise régulièrement des recherches et rapports d’expertise pour le ministère de la culture français. Il a coordonné le programme de recherche Valeur (s) et Utilité de la Culture financé par le Conseil Régional des Pays de la Loire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search