« Territorialisées ou sans attache : les activités « culturelles et créatives » au crible d’un quartier post-industriel grenoblois », par Basile Michel et Charles Ambrosino

« Dans un contexte où la culture est de plus en plus conçue comme une activité économique, et malgré des différences persistantes, les activités relevant des secteurs culturels et créatifs sont de plus en plus considérées comme un ensemble homogène. Afin d’interroger la pertinence d’un tel ensemble, cet article a pour objectif d’analyser la volonté des travailleurs culturels et créatifs à s’engager dans la vie sociale des quartiers urbains dans lesquels ils s’agglomèrent. Fondée sur un travail d’enquête dans le quartier post- industriel de Berriat à Grenoble, l’analyse des actions et des réseaux des activités culturelles et créatives fait émerger deux catégories distinctes. Liés par des caractéristiques communes et un attachement similaire à leur quartier, les travailleurs culturels d’une part et créatifs d’autre part se distinguent par les relations qu’ils entretiennent avec leur territoire d’implantation. »

Quartier Berriat, Grenoble, Photo : Basile Michel

Basile Michel et Charles Ambrosino. « Territorialisées ou sans attaches : les activités « culturelles et créatives » au crible d’un quartier post-industriel grenoblois », L’Espace géographique, vol. tome 48, no. 1, 2019, pp. 1-20.

Lire l’article (sur Cairn)

Membre du programme SCAENA, Basile Michel est maître de conférences en géographie à l’Université de Cergy-Pontoise. Il enseigne au sein du département de géographie et mène des recherches dans les laboratoires MRTE (EA 4113) et ESO (UMR 6590). Il est actuellement impliqué dans deux projets de recherche : l’ANR SCAENA et le projet européen CREATONVIL (financé par l’AUF et portant sur les territoires créatifs en Roumanie). Il est également membre du conseil de direction de l’Institut des humanités numériques de l’Université de Cergy-Pontoise (IDHN). Par le passé, il a été doctorant contractuel avec activités d’enseignement puis ATER à l’Université d’Angers et enseignant-chercheur en géographie à l’Université de Ningbo en Chine. Il conserve aujourd’hui des liens avec ces institutions, notamment via l’Institut conjoint des Universités de Ningbo et d’Angers en Chine.

Coordinateur scientifique du programme SCAENA, Charles Ambrosino est historien et urbaniste de formation. Il est maître de conférences à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine (IUGA) et chercheur à l’UMR PACTE. Membre des bureaux de l’équipe de recherche Ville et territoire (PACTE) et de l’IUGA, il est également Responsable de la mention de Master Urbanisme et Aménagement et du Master 2 Urbanisme et Projet Urbain. Ses recherches portent sur les liens qu’entretiennent art, économie créative et transformation urbaine, la fabrique culturelle de la ville contemporaine et la planification stratégique. Il a récemment travaillé sur les processus de mise en culture de la technopole grenobloise dans le cadre de la Plateforme d’observation des projets et stratégies urbaines (POPSU 2010-2015) et coordonné un programme de recherche analysant les croisements entre art numérique, technoscience et culture du libre intitulé « Scènes et milieux de la créativité métropolitaine » (2011-2014). Actuellement, il codirige avec D. Sagot-Duvauroux l’ANR SCAENA (2018-2022), pilote une recherche pour le PUCA sur la gouvernance des innovations urbaines (2018-2021) et coordonne l’axe Métropole Paysage du programme POPSU III Grenoble (2018-2021).  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search